Jérôme Bonaldi: « On n’a plus besoin de R&D. Aujourd’hui, tout est sur internet ! »


« On n’a plus de besoin d’un département R&D. Aujourd’hui, tout est sur internet! ». Le pétillant Jérôme Bonaldi, ex-Canal+, aujourd’hui chroniqueur sur France 2 et quelques autres chaînes du câble en France, reste une passionné d’innovation. Un découvreur d’objets avant-gardistes et un vulgarisateur hors norme. Et le monde change.

Que vous soyez au Portugal ou installé dans le fin fond du Périgord,  « une entreprise peut être  leader où qu’elle soit dans le monde. Il lui faut une bonne idée et une connexion internet ». Bon, du culot aussi. Et l’audace de se déplacer de temps en temps sur les lieux stratégiques propres à sa niche de métier. A Moscou, au Bolchoï, par exemple, à l’instar de Repetto, leader mondial du chausson de ballerine… La firme est installé à Saint Médard d’Excideuil, un petit village du Périgord. « La géographie ne compte plus pour percer à l’échelon mondial », martèle Jérôme Bonaldi.

Autre exemple: Renova, un marchand de papier hygiènique vend des rouleaux de papier toilette de couleur. L’entreprise est basé à l’est de Porto. Grace à cette innovation, l’entreprise à réussi à conquérir au niveau mondial un marché de niche. Leur reconnaissance est tel que même le très sérieux New York Times leur a consacré un article.

Entretien avec Jérôme Bonaldi, lors du salon Creawal de Liège, consacré à l’innovation et la créativité.

Les frontières physique sont de moins en moins un problèmes pour l’entreprise globale.

4 réactions à “Jérôme Bonaldi: « On n’a plus besoin de R&D. Aujourd’hui, tout est sur internet ! »”

  1. Roald le 10 mars 2009 à 12:00

    Oui, bien, positif, et encourageant.

    Ceci dit, le succès dépend encore beaucoup aussi de la *visibilité* (sur le net, donc).
    Et là, actuellement, le point de passage obligé étant Google, une recherche sur une commodité globale va avoir tendance à ramener des résultats fortement biaisés… américains.

    Un moteur de recherche Européen ne serait-il pas déjà une bonne idée, pour aider les entreprises européennes à se trouver les unes les autres ?

  2. jyhuwart le 10 mars 2009 à 17:38

    Voila une idée qui vaut le coup d’être explorée :-)
    Cela dit, si je ne me trompe, Google propose de plus en plus des recherches sur une base de web national. Mais si l’on veut commencer à chercher à l’échelle européenne, de fait, on se retrouve vite noyé dans l’Atlantique…

  3. Francois le 10 mars 2009 à 22:36

    Avant qu’un moteur européen ne surgisse, il faudra plus qu’un miracle.

    Simplement, sur la Belgique si on regarde les parts de marché entre les 3 premiers moteurs G-Y-M … les 2° et 3° engloutissent des moyens abyssaux sans arriver à lutter contre …

    Et les initiatives en termes de moteurs foisonnent même en europe (Exalead, …).

    Avoir des outils c’est bien … des gens qui les utilisent c’est mieux ;-)

    Apprendre à exister sur Google n’est pas si compliqué … mais peu de gens font l’effort (et pas toujours du coté des professionnels de la chose du référencement).

    C’est certainement la meilleure chose à faire pour ceux qui veulent agir tout de suite!

  4. jyhuwart le 10 mars 2009 à 22:47

    @François Très juste. Disons que l’on a souvent tendance à vouloir se positionner sur Google dans des thématiques très populaires alors que c’est sur les choses peut-être un peu plus pointues qu’il est les plus « simple » de se rendre visible sur la Toile… Quant au moteur de recherche européen… Je crains aussi que cela soit un gouffre à euros…

Une opinion à exprimer?