Playfish ou comment assassiner le modèle de l’entreprise traditionnelle


Une entreprise créée voici en octobre 2007. Une vingtaine de mois plus tard, recense 30 millions d’utilisateurs, répartis presque équitablement entre l’Asie, l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud… Jamais un euro de perte. Trop beau pour être vrai ?

L’entreprise globale et sans infrastructure du 21ème siècle

La société existe. Elle s’appelle Playfish. Fondée à Londres par un Finlandais, un Belge et deux Britanniques, la société incarne l’entreprise globale ultime, totalement structurée en réseau. Quatre bureaux (Londres, Pékin, San Francisco et Tromsö en Norvège) pour une centaine de personnes et autant de nationalités.

Aucun serveurs. Playfish est gérée à partir d’ordinateurs portables. Les données sont stockées à distance sur le cloud (réseau de serveurs) du site de commerce électronique Amazon. Pas de téléphone, non plus. Les réunions sont organisées via la plate-forme Skype. Enfin, Playfish n’utilise que des documents partagés dans le cadre de ses processus, les Google Aps, en particulier. MS Word, Excel,… ? On ne connaît pas, dans l’entreprise (qui de se fait est aussi une entreprise 2.0).

L’absence de l’infrastructure habituelle des entreprises traditionnelles n’a pas empêché Playfish de devenir  l’un des plus gros succès de l’édition du jeu vidéo du moment. Première application sur Facebook. Près de 100 millions d’installations dans le monde. Pet Society, le jeu phare de Playfish, tutoie désormais les plus gros hits du marché du jeu vidéo, comme World of Warcraft.

Entretien avec Sébastien de Halleux, COO et co-fondateur de Playfish

« Tout, de la sorte, est extrêment fluide, explique  Sébastien de Halleux. Que l’on engage un ingénieur à Pékin ou un créatif à Londres, ils sont connectés dans les 30 secondes sans que cela coûte un euro à la société ».

Dernière originalité: Playfish n’a jamais investi un dollar en campagne marketing.

L’émergence du graphe social ou la mort du marketing traditionnel

« Le modèle global est vraiment le modèle de demain, croit Sébastien de Halleux. L’approche business classique voulait que l’on commence une activité par un marché spécifique pour s’étendre seulement au fur et à mesure. Pour notre part, aujourd’hui, nous pensons que le momentum sur le web est lui global dès le début. Les acteurs qui réussiront toucheront leur public global dès le premier jour. Mais il faut être perçu comme local ».

Playfish vit et se développe dans un biotope de réseaux sociaux. Bebo, MySpace, Facebook et d’autres… C’est en prenant la mesure de l’impact de ces plates-formes sociales que les quatre fondateurs ont lancé Playfish. « Nous avons compris que nous ne serions plus jamais dépendants des distributeurs habituels, comme les opérateurs mobiles et autres… Le réseau de distribution, désormais, ce sont les réseaux d’amis« .

Les jeux développés par Playfish sont dès lors aussi construits sur une approche différentes des autres jeux vidéos. Ce sont des jeux sociaux où l’on peut inviter ses vrais amis. « Ils ont une fonction comparable à celle des jeux de société de jadis. Ainsi, pas besoin de dépenser le moindre cent en marketing ». La meilleure publicité vient des utilisateurs qui distribuent le jeu au sein de leur graphe social. Ce dernier lamine véritablement les techniques du marketing traditionnel.

« Le modèle du marketing industriel implique un investissement très coûteux au lancement du produit sans garantir beaucoup de résultats, explique Sébastien de Halleux. C’est un modèle prix/quantité. Notre modèle est beaucoup plus exponentiel. On commence petit. Mais on investit l’essentiel de nos moyens dans la qualité du produit. Ce sont les utilisateurs qui le distribuent ensuite. Sans limite ».

Pour le COO de Playfish, le marché est aujourd’hui en train de vivre un glissement tectonique.

Osez aussi prendre des risques.

5 réactions à “Playfish ou comment assassiner le modèle de l’entreprise traditionnelle”

  1. eschnou le 9 juillet 2009 à 14:59

    Encore un superbe article ! C’est hallucinant de voire à quel point Playfish est 2.0 dans son ADN. Si ton article était en Anglais, je le ferais suivre à toute mon équipe… Tu fais signe quand tu aurais posté celui-ci sur globecorp ?

  2. jyhuwart le 9 juillet 2009 à 15:12

    Très honoré. Et tu me mets la pression, là :-) Je vais essayer de mettre cela en ligne ASAP…
    En attendant, voila déjà la vidéo en anglais http://globecorp.biz/173/2009/playfish-no-hq-no-servers-though-a-global-company-with-30-millions-game-users/

  3. Marina Aubert le 9 juillet 2009 à 15:17

    Intéressant, mais j’aurais des questions supplémentaires:
    - On parle d’employés, mais sont-ils vraiment employés, ou des freelances?
    Toutes les législations nationales à supporter par rapport au statut d’employé devraient alourdir la structure. Qu’en est-il de la législation par rapport au télétravail?
    - Ce type de développement n’est-il pas cantonné à la création pour le web? Je vois mal les commerciaux n’appeler leurs clients que par Skype…

    Merci Jean-Yves si tu peux avoir réponses à ces questions!

  4. jyhuwart le 9 juillet 2009 à 15:23

    Ce sont des employés sur le payroll, dans leurs bureaux, loués pas eux.
    La base de clients, les relances, le CRM,… Ils le font sur des Google Apps.
    Quand aux commerciaux, j’imagine qu’ils doivent payer leur abonnement mobile et les communications fixes. Sans doute. Cela dite, leurs clients sont beaucoup d’autres sociétés internet, qui utilisent également Skype.

  5. adverbrain » Notre dossier de presse Playfish du 12/02/2010 - le cerveau du marketing sur Internet le 16 février 2010 à 16:49

    [...] Playfish ou comment assassiner le modèle de l’entreprise traditionnelle Entreprise Globale Lien [...]

Une opinion à exprimer?