Innovation, marketing… : l’essor des plates-formes de crowdsourcing


En décembre 2010, a vu le jour à San Francisco Festo Engineering Network,  une plate-forme d’échange destinée aux professionnels de l’énergie photovoltaïque mondiale.

Les experts de cette industrie peuvent se retrouver sur cet espace virtuel pour relayer des articles, partager des études diverses, innover ensemble, entreprendre de nouveaux projets, ou faire appel aux idées de la communauté, etc.

Festo Engineering Network constitue l’une des dernières initiatives internationales de crowdsourcing qui soit apparue ces dernières années. 

But : donner aux industries l’opportunité d’utiliser le potentiel de la masse pour enrichir son processus d’innovation.

Les entreprises expérimentent de plus en plus ce approche ouverte.

Le crowdsourcing devient ainsi  l’une des formes ultimes d’innovation ouverte (open innovation).

Une multiplication de plates-formes de crowdsourcing d’innovation depuis 2000

Les premières plates-formes de crowdsourcing destinées à doper la dynamique d’innovation sont apparues au début des années 2000, déjà.

Innocentive, mise sur pied par le groupe pharmaceutique Eli Lilly, fût l’une des premières.

Depuis, de multiples autres ont éclos : NineSigma, Innoget  ou encore YourEncore, par exemple

Si certaines initiatives, comme le Français CrowdSpirit, semblent avoir disparu, la popularité des plates-formes de crowdsourcing ne se dément pas à ce stade.

Le mode de fonctionnement peut varier, selon les cas. En général, cependant, chaque plate-forme affiche un « challenge » à relever.

Dans la R&D, les thématiques peuvent forcément être très pointues et s’adresser à des profils scientifiques très spécialisés. La firme espère qu’une personne dans la communauté scientifique, quelque part dans le monde, sera d’accord de proposer une solution pour elle, en échange d’une généreuse prime.

« We’re looking for devices and methods that help the symptoms of skin conditions, but that are NOT absorbed into the skin or ingested by the consumer », propose, par exemple, une entreprise biotech américaine spécialisée en dermatologie, sur le site Innoget.

Le crowdsourcing bon également pour l’image de l’entreprise

Quoi qu’il en soit, l’expérience du crowdsourcing plaît tellement à certaines marques qu’elles étendent à présent leur recours au crowdsourcing, au delà de leurs activités R&D.

Le constructeur automobile Toyota vient ainsi de nouer un partenariat avec Innocentive dans le cadre d’une campagne d’image intitulée « Idea for good« . Le but: encourager les clients à suggérer sur le site internet de Toyota des idées d’innovation « qui permettront de rendre le monde meilleur » (sic).

Le crowdsourcing devient également, de la sorte, un véritable instrument d’implication et de marketing.

Une liste de plates-formes de crowsourcing

Jan Spruijt, un spécialiste néerlandais de l’open innovation,  a réalisé une liste de plates-formes de crowdsourcing aujourd’hui opérationnelles. Il les a classéess sur la base de leurs objectifs respectifs : recherche et développement (R&D), marketing, design, co-création avec les clients, etc.

Voici, ci-dessous, reproduite une partie de cette liste :

Crowdsourcing en R&D :

  • Innocentive – solutions open innovation
  • TekScout – solutions R&D crowdsourcées
  • IdeaConnection – place de marché pour les idées
  • Yet2.com – place de marché en matière de droits de propriété intellectuelle
  • PRESANS (beta) – présentation de problèmes à la communauté pour tenter de le résoudre
  • Hypios – résolution de problèmes en ligne
  • Innoget – intermédiaire de recherche
  • One Billion Minds – challenge d’innovatin
  • NineSigma – résolution de problème ans des domaines high tech

Marketing, Design, Création…

  • NewsFutures – Intelligence collective
  • Ushahidi – Crowdsourcing over de crisis
  • Kaggle – Data-verzameling en voorspellen

Services d’innovation ouverte

Initiatives de crowdsourcing lancées par des entreprises

Produits

Design

La suite de la ici

Une opinion à exprimer?